Les mégalithes de la Manche

Ce site présente quelques aspects du mégalithisme dans le département de la Manche

2

Les polissoirs

Les polissoirs sont des roches de plus ou moins grandes dimensions (certains sont « portatifs ») qui servent à polir les silex et en particulier les haches. Les rainures des polissoirs sont utilisées pour polir les flancs ou les tranchants des haches ou bien, lorsqu’elles sont fines, à retenir l’abrasif et l’humidité liés au travail de polissage.

Seulement deux polissoirs sont recensés dans le département, tous deux dans le sud, tous deux classés en 1977 et tous deux pratiquement introuvables…

Polissoir La Longue Touche photo_aLe premier se situe près de Saint-James, à un km environ au nord de Saint-Benoist, sur la D 363, à mi-pente d’une vallée, la Longue Touche (voir ci contre).
Ce polissoir, La Pierre Saint-Benoist, est un bloc de quartzite blanc de dimension modeste (1,25 m sur 0,5 m) affleurant à peine au niveau des herbes. On observe à sa surface, une douzaine de rainures parallèles et une cuvette au centre. Des fouilles ont été faites autour, en 1885, jusqu’à 2 m de profondeur. Elles ont permis la découverte de plusieurs haches brisées à demi-polies, d’autres entièrement polies, une hache en jade foncé avec un trou de suspension vers la pointe. Il semblerait que son emplacement actuel ne soit pas celui celui d’origine, qui se situait plus haut. Tout ceci est assez confus comme souvent dans le cas de fouilles anciennes.

Polissoirs Saint-Cyr-du-Bailleul photo_bLe second est celui de Saint-Cyr-du-Bailleul (voir ci contre), presqu’à la limite sud du département sur la D 134, au lieu-dit la Gévraisière. Ses dimensions sont également réduites : 1,2 x 1,1 x 0,9 x 1,4 m. Ce bloc, que l’on prit un temps pour un menhir, est également en quartzite et porte également des rainures, au nombre de huit et des cuvettes au nombre de sept. On l’appelle La Pierre Saint-Martin. Des haches polies ont été découvertes à proximité. Ce matériel est conservé par des habitants « comme de précieux talismans ». Une fouille exécutée au pied du polissoir a montré que cette pierre mesure plus de 2,5 m !

Dans les deux cas, des légendes sont attachées à ces mégalithes, issues sans doute d’une volonté de christianisation : pour le premier, les veines roses qui parcourent le bloc sont les veines du Saint qui aurait été pétrifié à cet endroit et, pour le second, les cuvettes visibles sont les « écuelles du Diable » et les rainures les « Pierres Cochées ».

Polissoirs cas probable à MontfarvilleOn pourra s’étonner de l’absence de polissoir dans le nord du département, si riche en sites néolithiques. En fait, beaucoup restent sans doute enfouis : nous en connaissons un cas probable à Montfarville, tout près du site de la Hougue.

La Pierre Saint-BenoistLa Pierre Saint-MartinMontfarvillePolissoirs

Guy Auboire • janvier 31, 2015


Previous Post

Next Post

Comments

  1. Abélard février 1, 2015 - 3:34 Reply

    J’avais il y a une dizaine d’années trouvé très facilement le polissoir de Saint-James et l’avais photographié, bien sûr. Il était alors entouré d’herbe et la cuvette pleine d’eau!!!!!!Je l’avais admiré, étant très  » mordue  » de préhistoire.

    • Guy Auboire février 1, 2015 - 3:35 Reply

      Effectivement, ce polissoir est de toute beauté. Sans doute son accès a-t-il été rendu plus facile depuis mon étude sur le terrain.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published / Required fields are marked *