Les mégalithes de la Manche

Ce site présente quelques aspects du mégalithisme dans le département de la Manche

3

Les tumuli de la Hague

Les tumuli de la Hague forment un groupe dense, homogène, presque tous situés à l’extrémité de la presqu’île, au-delà du Hague-Dick. Un rapide récapitulatif des travaux anciens donne un aperçu sur ces tumuli.

Ceux de Jobourg ont été fouillés dès 1770 par M. de Beaumont et l’abbé Luce qui n’y trouvèrent que « des cendres et du charbon ».

Au XIXe siècle, De Gerville en visite plus d’une vingtaine, qu’il nomme « tombelles », « quelques-unes en pierre, beaucoup en terre d’un diamètre de 15 (un pied équivaut à 33 cm) à 100 pieds, d’une forme circulaire et aplatie. Le plus grand atteint 7 pieds de haut. Le groupe le plus nombreux regroupe une dizaine de tumuli dans la lande » aux confins de Jobourg et de Saint-Martin d’Omonville.

En 1810, Duchevreuil et De Gerville explorent un tumulus en pierre dans la cour d’Auderville et y trouvent une chambre carrée de 1 pied formée de quatre grosses pierres brutes ayant leurs faces murées intérieurement, une cinquième pierre les recouvrant. A l’intérieur de cette chambre, une aire  constituée de sable de mer et de cailloux roulés, rien d’autre (Voisin rapporte qu’on y trouva des ossements calcinés par le feu). Dans la même commune, « entre l’église et le Clos Callet, on a trouvé plusieurs tumuli ». La même année, on cite l’existence d’ « un seul tumulus sur la croupe de l’anse d’Escalgrain »,  fouillé également.

En 1820, dans la lande de Beaumont, à la Hougue de Branville, la fouille d’un tumulus en pierre de 60 pieds de diamètre sur un de haut a permis d’observer « une sorte de chambre formée de deux grosses pierres, des traces de combustion et un fragment de poterie grossière ainsi qu’un instrument en fer (épée ?) ».

En 1821, un autre tumulus est signalé à Eculleville, dans le parc du château du Val Ferrand. Haut de 10 m, son diamètre est de 15 à 20 m.

« En 1851, lande des Hougues, près de Beaumont, Lecarpentier ouvrit un tumulus dans lequel fut trouvée une épée en bronze de 40 cm de long pour 5 cm de large. A côté, on recueillit une dizaine de pointes de flèches en silex régulièrement dentées sur les bords. L’année précédente, on avait trouvé dans un autre tumulus, situé sur la même lande, de semblables objets (musée de Cherbourg). »

« J’ai vu à Jobourg un groupe de onze tumuli. J’en ai vu quatre à Vauville dont un nommé la butte de César qui est fort gros. Il y en a trois à Beaumont, deux à Biville, dont un de figure ovale, un à Branville dans lequel on a, dit-on, trouvé des armes, un en pierre et considérable à Auderville, un à Eculleville, etc. On voit, dans la lande des Pieux, deux de ces tertres, un autre à Helleville, un autre nommé le Mont Frilleux entre Teurtheville et Sideville, un fort beau nommé La Grande Motte à Fierville, etc. »

A Branville, « des armes auraient, parait-il, été trouvées dans un tumulus, fouillé nous ignorons à quelle époque. »

Tumuli répertorié sur la carte d'état-major du XIXe siècle de la région

Tumuli répertoriés sur la carte d’état-major du XIXe siècle de la région

Un certain nombre de ces tumuli est répertorié sur la carte d’état-major du XIXe siècle de la région (voir ci contre les encadrés sur la carte d’époque avec le Hague-Dick et l’allée couverte de Vauville).

Quelques-uns sont encore visibles à Sainte-Croix-Hague, Digulleville ou encore dans les landes de Vauville.

L’ensemble de ces informations montrent d’une part la grande concentration de ces tumuli (même s’il ne faut pas prendre tout monticule pour un tumulus) dans la Hague et d’autre part que leur antiquité est à rechercher dans le néolithique final et à l’Age du Bronze.

En 1962, les premiers travaux de construction du centre de retraitement des déchets nucléaires de la Hague a nécessité la fouille du groupe d’une dizaine de tumuli sur la lande de Jobourg, signalés ci-dessus par De Gerville au début du XIXe siècle et probablement « fouillés »  par lui.

Tumuli de Sainte-Croix-Hague

Tumulus de Sainte-Croix-Hague

En fait, il en existait encore 10 en novembre 1961, trois d’entre eux fortement ébranlés par l’occupant allemand, trois autres fouillés antérieurement, les trois derniers apparemment intacts. Les diamètres de ces tumuli variaient de 9 à 17 m et leur hauteur de 0,3 à 2,10 m.

 

 

Implantation des Tumuli dans la lande de Jobourg

Implantation des tumuli dans la lande de Jobourg

Un seul tumulus put être fouillé entre novembre 1961 et mars 1962, le mauvais temps ne laissant aux fouilleurs que…13 jours. C’est R. Lemière, directeur de la Société Nationale des Sciences de Cherbourg, qui mena ces fouilles et en publia un rapport (comprenant un plan le 19 septembre 1962, en collaboration avec M. Bogard.. Les conclusions de ce rapport mettaient en relief l’existence de fossés et de talus antérieurs à ces tumuli (un camp protohistorique assez vaste existait entre Jobourg et le Hague-Dick),et confirmaient la datation dont nous parlions ci-dessus.

Tumuli de Digulleville

Tumulus de Digulleville

Très peu de matériel (essentiellement des éclats de silex) fut collecté. La structure interne laissait apparaitre des murettes dont le rôle n’a pu être clairement établi. Il ne fallut pas plus de quelques minutes aux buldozers pour rayer de la carte ces témoins vieux de près de 3000 ans.

Ces structures sont tout-à-fait comparables aux tumulus bretons, datés du Bronze ancien, encore que leur richesse soit moindre (rareté du matériel lithique, pauvreté des structures internes, absence d’armes susceptibles d’être examinés…) mais encore aurait-il fallu des fouilles complètes et plus nombreuses pour réellement pouvoir comparer. Pour les spécialistes, les tumuli bretons, normands, anglais forment un ensemble cohérent.

Plus près de nous, mais à l’est du Hague-Dick, sur la commune de Beaumont, l’aménagement d’un carrefour a amené, dans les années 80, la fouille du tumulus dit de la « Fosse Yvon ». Là encore, les résultats furent décevants, dans la mesure où un four à chaux construit sur l’emplacement du tumulus avait bouleversé largement les structures.

En 2007, un projet collectif de recherche intitulé « Archéologie, histoire et anthropologie de la presqu’île de la Hague (Manche). Analyse sur la longue durée d’un espace naturel et social cohérent. Troisième année de recherche 2007. », diffusé en 2008 par le site www.letourp.com fait le point sur l’ensemble des recherches sur les tumuli de la Hague (p.41 à 62 du document PDF). Le lecteur intéressé par ce sujet y trouvera toutes les présisions nécessaires.

BIBLIOGRAPHIE TUMULUS DE LA HAGUE & HAGUE-DICK

ARBMAN H. Hague-Dicke. Les fouilles en 1951 et 1952. Meddelanden from Lunds Universitets Historiska Museum p.69-100 1953

BARROS J., Mégalithes. Revue de la Manche. T.9, n°35, 1967

COUTIL L., Inventaire des monuments mégalithiques du département de la Manche. Annuaire des 5 départements de la Normandie 1896 Caen-Rouen

COUTIL L., Inventaire des monuments mégalithiques du département de la Manche. Annuaire des 5 départements de la Normandie. 1895 Congrès de Carentan, pp. 195-226

COUTIL L., Inventaire des monuments mégalithiques du département de la Manche. AFAS Lyon pp.739-766

COUTIL L., La destruction des monuments mégalithiques de la Manche. L’Anthropologie t.XI, pp609-611

COUTIL L., Inventaire des découvertes d’archéologie en Normandie. Dép. de la Manche. 1895 Bull. Soc. Normande d’Etudes Préhistoriques, p.100-169

De BOUARD, le Hague-Dike, cahiers archéologiques, T. VIII, 1956

DE GERVILLE, Recherches sur le Hague-Dicke. Mém. Soc. Ant. Normandie 1832, pp.193 et suiv.

GALLIA PREHISTOIRE

Informations archéologiques p.24 à 27 t.VIII 1965

p.426-427 T. XII 1969 fasc.2

p.333 à 335 T. XIV 1971 fasc.2

JOUAN , Les monuments mégalithiques des environs de Cherbourg. Matériaux pour l’Hist. Prim. Et Nat.de l’Homme. 2E série, t.XII, 1881, p.346

LE FILLASTRE P. Description des monuments druidiques de la Manche. 1883 et 1835, p.189-192

LECLERC J.A. Inventaire des monuments mégalithiques du département de la Manche. Notices, Mémoires et Documents de la Sté d’Agriculture, d’Archéologie et d’Histoire Naturelle du départ. De la Manche 57e vol. 1948 Saint-Lô

LEMIERE & BOGARD, Compte rendu des travaux exécutés sur les landes de Jobourg. 1962 Soc. Nat. d’Hist. Naturelle et de Mathématiques de Cherbourg.

LEROUX, La Hague jusqu’aux temps de Guillaume le Conquérant. 1903

ROUXEL “Les Pouquelées” galerie couverte de Vauville, Bull. Soc. Norm. d’Etudes préhistoriques, T.27 (1927-1928, 1930)

VOISIN A.Inventaire des découvertes archéologiques du dép. De la Manche. Bull. Soc. Art. Et Indust. De Cherbourg n°30-31 1908

DigullevilleHagueHague-DickJobourgSainte-Croix-HagueTumuli

Guy Auboire • janvier 31, 2015


Previous Post

Next Post

Comments

  1. Hagard février 1, 2015 - 3:37 Reply

    Vous notez : En 1821, un autre tumulus est signalé à Eculleville, dans le parc du château du Val Ferrand. Haut de 10 m, son diamètre est de 15 à 20 m. Mais problème ! Il n’y a pas de château dans le val Ferrand et il n’y en a jamais eu (juste des moulins). Que le tumulus ait pu disparaitre au cours du temps je le conçois, mais pas un château à cette endroit précis.

    • Guy Auboire février 1, 2015 - 3:37 Reply

      Je ne connais pas personnellement le Val Ferrand et veux bien vous croire lorsque vous dites qu’il n’y a jamais eu de château en ce lieu. Cela souligne combien il faut être prudent dans ces descriptions du siècle dernier qui étaient parfois fort fantaisistes et peu rigoureuses. C’est la raison pour laquelle beaucoup d’entre elles sont faites entre guillemets.

  2. Hagard février 1, 2015 - 3:38 Reply

    Merci de votre réponse

Laisser un commentaire

Your email address will not be published / Required fields are marked *